Dysgraphie

Pour qui ?

  • Un enfant qui écrit mal
  • Un enfant qui va trop lentement
  • Un enfant crispé et qui souffre
  • Un enfant précoce ou HPI...

Les troubles de l'écriture sont divers, pouvant aller d'une simple difficulté instrumentale (mauvaise tenue du crayon) à une réelle dysgraphie.


Du début à la fin de la scolarité, l'écriture reste le support privilégié  de tout apprentissage. L'enfant est constamment évalué sur ses écrits, ce qui est parfois pour lui la source d'un véritable malaise.

image85

La graphothérapie

Pourquoi ?

La remédiation de la dysgraphie

Le bilan graphomoteur

image86

Pour  trouver efficacité et aisance dans l'écriture.

Pour devenir plus confiant et  mieux se concentrer à l'école.

Le bilan graphomoteur

La remédiation de la dysgraphie

Le bilan graphomoteur

image87

Il inclut une batterie de tests standardisés qui permet de dire s'il s'agit de difficultés ou trouble graphomoteur. Ce bilan indiquera une prise en charge éventuelle.

La remédiation de la dysgraphie

La remédiation de la dysgraphie

La remédiation de la dysgraphie

image88

Les séances d'entraînement sont hebdomadaires.

On ne fait pas de lignes d'écriture en graphothérapie !

Règlement d'activité

Charte du métier de graphothérapeute

Les graphothérapeutes professionnels s'engagent à respecter cette charte. C'est pour les personnes qui souhaitent rééduquer leur écriture ou celle de leur enfant, une garantie de sérieux et de qualité.

1. Loi et cadre

• Les graphothérapeutes s’engagent à respecter le secret professionnel (art. 226-13 du nouveau code pénal).
• Les graphothérapeutes acceptent de suivre une formation continue tout au long de leur vie et de mettre leurs connaissances à jour (Article L6311-1 modifié par la loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009-art 1 du code du travail).

2. Cadre professionnel

• Avoir suivi au préalable au minimum une initiation à la graphologie.
• Avoir suivi dans son intégralité une formation au métier de graphothérapeute.
• Avoir obtenu la validation des 3 blocs et réussi l’examen final.
• Exercer son activité dans un cadre déclaré et légal en profession libérale. (Loi n° 2012–387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allégement des démarches administratives — Article 29).
• Exercer dans un local dédié à la pratique du métier de graphothérapeute (ERP de 5e catégorie - 17 m2 minimum – Article R. 11-19-1 du code de la construction et de l’habitation).
• Être à jour de ses cotisations professionnelles. 

3. Réseau

• Mettre en place un site web d’informations et de qualité, y faire figurer le règlement d’activités des graphothérapeutes.

4. Rééducations

• Éffectuer au préalable de toute rééducation, un bilan graphomoteur.
• Garder un contact permanent avec les parents le temps de la rééducation.
• Mener les rééducations en un minimum de séances.
• Prendre le temps nécessaire pour chaque séance (pas plus d’un rendez-vous par heure).
• Espacer les séances selon un programme hebdomadaire dans l’idéal.
• Ne jamais se substituer au corps médical ni établir de diagnostic. Travailler dans la mesure du possible en lien avec les autres professionnels intervenants dans le suivi de la personne rééduquée (médecins, neuropsychologues, psychomotriciens, ergothérapeutes, orthophonistes, orthoptiste).

image89